Par Ophélie Pruneau

« Amour, plaisir et bobettes », ce sont les trois mots que le comédien Adamo Ionata a trouvé afin de décrire la prochaine production du théâtre des Nouveaux Compagnons. Petit-Déjeuner compris, une pièce haute en couleur écrite par Catherine Revehro et adaptée par Benoît Girard sera présentée à la salle Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la Culture de Trois-Rivières les 15, 16 et 17 novembre prochain à 20h. Une excellente mise en scène de Valérie Gagné ainsi que des comédiens talentueux et passionnés font de cette comédie un vrai délice.

 

 Petit-Déjeuner compris raconte une panoplie d’histoires se déroulant à l’intérieur d’une même chambre d’hôtel. C’est dans la fameuse chambre 19 que se croiseront les fantômes de tous les visiteurs l’ayant occupée. Cette comédie de situation nous amène à travers l’univers de chacun de ses 33 personnages, on parle d’amour, d’amitié, de tromperies, de mensonges, de joie, de peine, le tout assaisonné de rires et délires. Cette pièce est un vrai voyage dans le temps, autant pour les yeux que pour les oreilles. Les costumes et la musique nous font traverser les époques avec une grande fluidité. L’histoire constitue un grand nombre d’intrigues, mais conserve un important fil conducteur: la femme de chambre, interprétée par Mathilde Beauchemin, qui permet au spectateur de se repérer dans le temps au travers de tous ces sketchs, ma foi, désopilants.

Cette pièce est un vrai terrain de jeu pour les comédiens qui y participent. Valérie Gagné cherche à cibler le potentiel comique de chaque histoire, la pièce en devient très captivante. Ceux qui apprécient les émissions comme SNL Québec ou Saturday Night Live vont sûrement adorer cette comédie rassemblant différentes situations du quotidien, garnies de belles surprises. Les comédiens ont eu droit à beaucoup de liberté au long des répétitions, leur passion pour le théâtre se ressent énormément sur scène.  « Valérie nous a dessiné un carré de sable, et on s’est amusé dedans», raconte Samuel Fortin, comédien et ancien membre de l’équipe d’impro du cégep, les Scabs, (photo: on le voit expérimenter de nouvelles techniques de gestion du stress, recroquevillé sous la table). On laisse place à la création et à l’exploration, les comédiens ont du plaisir à nous faire rire et c’est comme ça qu’ils nous embarquent avec eux sur scène. « C’est un beau trip de gang et ça paraît qu’on a du fun ! », complète Adamo Ionata (photo: assis sur le divan).

« Selon moi, le comédien principal de la pièce, c’est la chambre d’hôtel », explique Valérie Gagné. Le décor est la première chose à avoir été décidée. Avant même de connaître ses comédiens, Valérie avait déjà dessiné son décor. Elle le voyait grand, elle le voulait large avec de l’espace, mais qui peut également traverser les époques. « Ça se passe dans un hôtel

cheap », justifie la metteuse en scène, « il fallait que ça soit laid… et jaune ». Le décor magnifique dans sa laideur, accompagne totalement les personnages dans l’histoire. Le principal défi pour la mise en scène aura été de trouver un moyen de ne pas avoir 33 comédiens sur scène, pour des raisons techniques et de logistique. 17 comédiens impliqués et dévoués se partagent ces personnages colorés, dans une mise en scène qui inclut rythme et fluidité. Un gros thumb up à Marc Lachance qui a remplacé un comédien à une semaine du spectacle. En plus de démontrer une grande efficacité dans l’apprentissage de son texte, Marc s’approprie la scène avec une belle dynamique et un jeu d’acteur surprenant.

« On nous montre un peu la vie de tous les jours. C’est une pièce très accessible et rafraîchissante à laquelle les gens vont facilement se rattacher. », ajoute Ève Lisée, directrice artistique de la troupe des Nouveaux Compagnons. Une ambiance décontractée vous attend à la salle Anaïs-Allard-Rousseau avec une histoire un peu cinglée qui met en scène des personnages drôles et attachants. Ah oui… et attendez-vous à un nombre assez surprenant de personnages en sous-vêtements. Après tout, ce qui se passe à l’hôtel, reste à l’hôtel !

« J’ai bien aimé la scène des Mexicains ! Il y avait un beau lien entre le début et la fin. C’est le fun à écouter et pas compliqué. C’est parfait pour s’évader du quotidien ! Une pièce cocasse et farfelue ! »

-Arielle Déry

Crédit Photo: Mario Groleau 2018

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

10 + dix =