Par Ombre Delombre

Pour certains, l’apocalypse c’est une attaque de zombies assoiffés de sang ou bien des extraterrestres ayant traversé des années-lumière pour anéantir notre monde. Pour d’autres, c’est notre rythme de vie d’assoiffés qui étouffe les océans sous des tonnes de plastique ou notre attachement au pétrole qui nous asphyxie lentement aux gaz à effet de serre.

L’apocalypse à laquelle on ne réfère pas très souvent est celle qui part de nous. De nos peurs, de nos désirs et nos rêves dans lesquels nous ne croyons pas. De la superficialité dans laquelle on se vautre, les mensonges qu’on se raconte, des dépendances qu’on développe pour passer le temps ou pour voir le monde au travers des filtres adoucis… Et si notre meilleure arme pour combattre l’apocalypse était le bonheur? Voici quelques pistes à méditer :

Apprends à connaître et accepter la personne que tu es. Comment apprend-on à se connaître? Simplement en se questionnant! Comment te décrirait ta/ton meilleur(e) ami(e)? Quels sont tes qualités, défauts, intérêts, etc. Qu’est-ce qui te fait rêver? Une maison à la campagne, faire le tour du monde, la mer? Qui sont les personnalités qui t’inspirent le plus? De quoi seras-tu le plus fier si nous nous revoyons en 2028? On ne devient par hockeyeur si on n’aime pas patiner comme on ne devient pas directeur des ressources humaines si nous n’avons pas la capacité d’entretenir de bonnes relations interpersonnelles. Donc, se connaître, accepter ce que nous sommes, mais aussi ce que nous ne sommes pas.

Apprends à reconnaître la voix de ton cœur et à lui faire confiance. Tu sais, cette petite voix dans ta tête qui te dit, par exemple, à la fin de ton entrainement de natation ou lorsque tu as terminé d’écrire un article : « J’aime cette sensation, je suis fier de moi ». Ou qui te dit : « OK, je peux faire confiance à cette personne » ou l’inverse, « C’est un arna’cœur’, je ne devrais pas l’écouter! ». Écoute ton instinct, ton cœur.

Préfère l’être au paraitre. Mon amie, c’est vrai qu’elles sont belles tes photos sur Instagram, cette coiffure, ce maquillage, ces sorties entre amies font l’envie de tous tes followers! Chum! Cette nouvelle bagnole, ce regard de tombeur, ce nouveau tatou… elles vont toutes craquer pour ton look de badboy. Mais en réalité, ce que nous sommes vraiment est difficile à exposer sur les médias sociaux. La générosité, l’empathie, la vulnérabilité, la bienveillance et tellement plus. Les photos ne montrent pas non plus nos côtés obscurs : notre dépendance à xyz, le pessimisme, notre côté boudeur, égocentrique… Au-delà du reflet, cultive et mise sur ce que tu es, c’est ce que les vrais amis recherche et surtout apprécient.

Vis selon tes valeurs et tes convictions. Tous les choix que tu fais devraient respecter ce que tu es et ce en quoi tu crois. Respect de l’environnement, l’éthique, la consommation responsable, l’équité, la justice… ce ne sont la que quelques exemples. Rien de pire que de passer 40 heures par semaine à occuper un travail que l’on déteste dans un cabinet qui défend des meurtriers ou bien encore de passer nos soirées avec quelqu’un qui n’a que pour seul objectif d’augmenter sa visibilité sur Instagram ou de gagner du gallon sur Twitch. Choisis un métier qui respecte tes valeurs et des amis qui respectent et apprécient la personne que tu es.

L’apocalypse fait appel à un monde hostile qui se dirige vers une fin tragique qu’elle soit imaginaire ou non. Et si ce monde partait de nous? Si nous avions le pouvoir d’éviter cette fin tragique? Accepter nos forces et nos faiblesses, se fixer des objectifs avec lesquels le cœur est d’accord, mettre en valeur la personne que tu es à l’intérieur et respecte-toi. C’est peut-être un bon début pour être heureux et ainsi éviter l’apocalypse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez entrer votre nom ici

9 − huit =