Combattre la solitude à coups du cœur

0
398

Par Marianne Perreault

Jeunes ou un peu moins jeunes, nous avons tous connu des moments d’isolement. Parfois, c’était notre choix – certaines émotions –, mais parfois non – déménager loin c’est difficile.

Malheureusement, même si beaucoup d’adolescents et d’adultes vivent seuls, les victimes les plus touchées sont les personnes âgées. Ces personnes isolées ont souvent perdu leurs parents, leurs frères et sœurs, des amis ou leur partenaire et, selon les circonstances, ont peu de contacts avec leurs enfants.

Pour ces raisons, un grand nombre de personnes âgées finissent par s’enliser dans la solitude : selon Statistiques Canada, environ un∙e aîné∙e sur quatre affirme que la présence des autres lui manque1. De plus, plus ils et elles vieillissent, plus les contacts avec leurs amis diminuent2. Alors, on peut en conclure que même si la plupart des personnes âgées ont de bons contacts avec les membres de leur famille, une grande partie d’entre elles n’ont pas cette chance. Ainsi, un∙e aîné∙e sur cinq montre des signes de dépression, et la plupart des victimes souffrent de solitude3.

Imaginer que des gens subissent cette horrible condition de façon fréquente est absolument triste. Mais que pouvons-nous faire pour remédier à cela? Une solution serait de prendre l’initiative de les visiter lorsque cela est possible ; certain∙e∙s n’osent pas amorcer de contact, mais aimeraient bien que cela se produise.

Chaque cas étant différent, il existe d’autres façons de briser la solitude chez les personnes âgées. Ainsi, depuis 19904, au Québec, il existe un organisme à but non lucratif, La Maison des Grands-Parents, fondé par Lucille Girard et Jacqueline Desjardins, qui a parmi ses objectifs, à travers de nombreuses activités, de briser la solitude chez les aîné∙e∙s. En outre, il y en a une à Trois-Rivières-Ouest et elle est associée à la commission scolaire locale, ce qui permet à des enfants et des adolescents de profiter de l’expérience et de la patience des bénévoles, alors que ceux-ci ont du plaisir et se font des amis. Quelle symbiose est plus magnifique que celle-ci?

Il y a un ou deux ans, je suis moi-même allée passer un après-midi dans cet endroit fort chaleureux : près de la rue Marion, il y a un petit abri dans lequel les jeunes et les moins jeunes peuvent faire des activités ou terminer des devoirs. Plus loin, sur une rue adjacente, une résidence accueille les locaux principaux de l’organisation locale. Avec une bonne amie, j’y suis allée pour faire de la cuisine avec les bénévoles. Nous étions un petit groupe et, n’étant pas des chefs distingués, les bénévoles nous ont aidé∙e∙s à cuisiner un délicieux repas et un dessert.

J’ai beaucoup aimé mon expérience, ayant pu passer un bon temps avec ces gens souvent mis de côté : nous oublions qu’ils et elles ont énormément de choses à raconter et à montrer, et des organismes comme ceux-ci font l’excellent travail de nous le rappeler à travers de riches contacts intergénérationnels.

Je souhaite chèrement que ce genre d’initiative continue d’intéresser et de motiver de plus en plus de gens. Ne serait-il pas magnifique que ces organismes puissent éventuellement mettre « en voie d’extinction » cette épidémie de solitude? Enfin, il existe des réseaux sociaux intergénérationnels dans le monde, tels Voisin-Age5, ce qui pourrait aider à l’éradication de ce problème social s’ils sont implantés partout. Je vous assure que les solutions ne manquent pas ; il s’agit de les trouver et, avant tout, de les appliquer.

 

Sources :

1http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/conditions-vie-societe/vieillissement.pdf

2Ibid.

3https://www.ledevoir.com/societe/sante/408722/une-personne-agee-sur-cinq-montre-des-signes-de-depression

4https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_des_Grands-Parents

5https://www.senioractu.com/Voisin-Age-reseau-social-intergenerationnel_a16565.html

 

Pour en savoir plus sur l’organisme :

Site Internet : https://www.mgptr.com/%C3%A0-propos/

Téléphone : 819 693-6677

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

quinze + 13 =