Canidé, voleur

0
612

Par Jérémy Douville

Un peu déroutant ? vraiment !

Malheur des yeux.

Si peu méchant, pourtant

Porteur d’aveux.

 

Je suis loup solitaire,

Mais plutôt chien errant.

Un peu méchant dans l’air,

Mais ne mord pas vraiment.

 

S’expose sur mon front

Une sinistre rune

Qui, brouillant ma vision,

Me cache la lune.

 

Sentant le sang sur l’ivoire

Des gens de la ville,

Impatientes, mes canines noires

Pourrissent, inutiles.

 

Les ombreuses montagnes

Dressés sur mon esprit aragne

Perçoivent les échos les plus loin.

Pourtant, incertain je m’en éloigne

 

Indigne d’intérêt ou d’attirance, ma race

Afin de survivre à la solitude

Dû en l’obscure danse, sa place

Trouver sans réelle quiétude.

 

Je vous vole donc vos ruisseaux

Sans début ni fin.

Je vous vole donc vos fruits d’eau

Et j’en fait les miens !

 

Ainsi, de regrets je ne pourrai agréer

Maintenant que vous m’avez repenti.

Puisque le paysan connaît la vérité,

Je peux déguster ses laineux gris.

 

 

Composé par : Jérémy Douville qui évidement
                      répondra aux questions des lecteurs

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

1 × cinq =