LLA : séparé pour mieux continuer ?

0
537

Texte par Étienne Des Lauriers  

Le groupe Loud Lary Ajust s’est fait remarquer sur la scène rap au Québec en 2012. Le trio, composé de Simon Cliche (Loud), Laurent Fortier (Lary Kidd), et Alex Guay (Ajust), leur producteur, a sorti deux albums et deux EP entre 2013 et 2016.

Des titres comme Gullywood, Blue Volvo ou encore Jour 1 sont toujours écoutés par les fans les plus fidèles. Malheureusement, le groupe s’est séparé en 2016 en raison du désir des deux rappeurs d’amorcer leur carrière solo, mais aussi pour explorer d’autres styles musicaux qui ne vont pas nécessairement ensemble.

« Lary sur mon côté gauche, Ajust sur mon côté droit, screaming they can’t hold me back » – Jour 1, Loud Lary Ajust, 2016

Des titres comme Gullywood, Blue Volvo ou encore Jour 1 sont toujours écoutés par les fans les plus fidèles. Malheureusement, le groupe s’est séparé en 2016 en raison du désir des deux rappeurs d’amorcer leur carrière solo, mais aussi pour explorer d’autres styles musicaux qui ne vont pas nécessairement ensemble.

Pour Loud, sa carrière a décollé très rapidement autant au Québec qu’en Europe. Dès 2017, il sort un EP, New phone, suivi de son premier album, Une année record. C’est justement 2018 qu’est l’année record de Loud, il enchaîne les tournées et les titres comme Nouveaux riches, 56K et Toutes les femmes savent danser, se retrouvent avec des millions d’écoutes. En 2019, il produit son deuxième album Tout ça pour ça, qui est lui aussi très bien accueilli par ses fans, qui ne sont désormais pas tous des connaisseurs de rap québécois. Il a d’ailleurs gagné le prix d’interprète masculin de l’année au dernier gala de l’ADISQ. Voulant toucher un public plus large avec sa musique, le rappeur s’est dirigé vers des mélodies et des refrains qui sont davantage entraînants et répétitifs. Ce sont des caractéristiques très utilisées dans le Hip-hop américain, mais tout en gardant une touche qui lui est propre. Personnellement, je trouve que le côté agressif de Loud est moins présent dans sa musique. Celui-ci faisait de meilleurs couplets, plus mordants, avec des musiques plus trap comme les chansons Ondulations et Héros de LLA ou encore Pardon, une collaboration avec Koriass. Cependant, Loud a tout de même pensé à ses fans de Loud Lary Ajust avec deux collaborations dans ses albums avec Lary Kidd, On My Life avec également 20some des Dead Obies, qui est une des meilleures chansons de rap québécois et Off the Grind dans le deuxième album.

« LLA sur le cœur, Gullywood sur le pendentif » – Le pont de la rivière Kwai, Loud, 2017

Du côté de Lary Kidd, le début de sa carrière solo s’est un peu déroulé dans l’ombre de celle de son ancien partenaire. Il a lui aussi sorti son premier album en 2017, nommé Contrôle. Cet album est dans un style plus sombre que celui qu’on avait l’habitude d’entendre, et cela n’a pas nécessairement été apprécié à toute sa communauté. L’année suivante, Lary a publié Contrôle V2, une deuxième version de son premier album avec quatre chansons de plus qui rencontre un peu plus de succès, notamment Petit Jésus et Ce monde-là. Il est également important de savoir que Lary Kidd a une marque de vêtement, Officiel, donc il ne fait pas de la musique à temps plein. C’est le 1er novembre 2019 que Lary a lancé son deuxième album solo, Surhomme. Dans ces douze chansons, le rappeur a réussi à nuancer son style contrairement à son premier album sans que cela soit son objectif principal. Lary Kidd a d’ailleurs dit dans une entrevue pour le journal La presse: « C’est cool que ce soit tombé comme ça. Ça fait changement de mon premier, qui était l’ode au mal-être ! Ça fait un peu de bien. Cette fois, l’idée était vraiment de faire de la bonne musique, peu importe où elle s’en allait ». Dans cet album truffé de référence socioculturelle, Lary Kidd varie entre des sujets mélancoliques, et des couplets foudroyants, tout en gardant son cynisme bien à lui. On peut aussi bien retrouver de tristes histoires comme dans les chansons Barcelone, Miroir Miroir, et Lucidité que des titres qui sont littéralement des bangners, sur des instrumentales électrisantes, tels que Surhomme, Hercule et Tout va bien. Le nouvel album de l’artiste comprend également trois collaborations, une avec Tizzo dans Soucoupe volante dans un style plus trap et rapide. Un autre avec 20some des Dead Obies, Coupe-vent Columbia qui rappelle la jeunesse des deux rappeurs sur un ton nostalgique. Finalement, la dernière collaboration, Sac de sport avec Loud, qui démontre que les amis de longue date n’ont jamais perdu la chimie. Même si c’est le titre de son album, Lary Kidd ne se qualifie pas pour autant de surhomme, mais les épreuves de sa vie l’ont particulièrement changé: « Je pense que la souffrance m’a lassé, m’a gelé, m’a engourdi, dit-il. De là est venu un certain je-m’en-foutisme. Je suis un surhomme parce qu’enfin, il n’y a plus rien qui m’affecte ». Cette attitude est beaucoup reflétée dans son nouvel album.

« J’arrive égal avec l’immolé, Y’a jamais switch ni pivoté, Mais y’est devenu riche, y’a innové » à propos de Loud – Tout va bien, Lary Kidd, 2019

Pour finir, les deux anciens membres du collectif Loud Lary Ajust sont désormais au sommet de leur carrière respective. Malgré leur séparation en 2016, les rappeurs ont su s’adapter et répondre aux attentes des fans. Ils continuent tout de même à être amis et leurs collaborations enchantent autant les nouveaux fans que les plus anciens qui sont nostalgiques du défunt groupe Loud Lary Ajust.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

18 − 12 =