On ne laisse pas ce film dans un coin

0
317

Par Samuel Sirois 

Je n’avais pas spécialement envie de parler de ce film, mais après la cinquième menace, je me suis dit que j’allais réviser ma position. Bien sûr que je l’ai déjà vu, bien sûr que j’ai honte de ne pas l’avoir détesté et bien sûr que j’allais finir par y arriver. Quelques-uns l’auront compris par le titre, je vais vous parler de Dirty Dancing (et non, je ne m’abaisserai pas à l’appeler « Danse lascive »)

Sorti en 1987, ce film d’Emile Ardolino, mettant en vedette Jennifer Grey (« La folle journée de Ferris Bueller ») et Patrick Swayze (« Mon Fantôme d’amour ») a amassé 214 millions de dollars US, ce qui était excellent pour l’époque. Le film a reçu l’Oscar de la meilleure chanson de film pour « The Time Of My Life ».

Sorti en 1987, ce film d’Emile Ardolino, mettant en vedette Jennifer Grey (« La folle journée de Ferris Bueller) et Patrick Swayze (« Mon Fantôme d’amour) a amassé 214 millions de dollars US, ce qui était excellent pour l’époque. Le film a reçu l’Oscar de la meilleure chanson de film pour « The Time Of My Life ».

Pour les quatre qui ne l’ont jamais écouté, voici une petite mise en contexte : durant l’été 1963, Frédérique (Grey), surnommée « bébé » va avec sa famille dans la pension des Kellerman. Là-bas, elle rencontre un monde nouveau : la danse! Par la suite, elle développe un idylle avec le professeur de danse nommé Johnny (Swayze), ce qui est fortement désapprouvé par son riche père.

Je vous l’accorde, c’est « cul-cul », mais ça fait son charme. Je lève mon chapeau à la chimie qu’ont réussi à recréer les deux acteurs, ce qui est très impressionnant quand on sait que dès que la caméra arrêtait de tourner, ces deux-là commençaient à se chicaner. Toutefois, à l’écran, on a vraiment l’impression qu’ils ont une super relation et ce film a quand même le mérite d’avoir fait rêver une génération complète de filles avec un homme en habit de danse moulant. Aussi, grâce à lui, on a plein de compilations de « fails » de portés, car je ne sais pas si vous vous rappelez de la scène finale complète, mais on se rappelle tous du fameux porté, ce mouvement de danse classique mais ô combien difficile!

Le film a le mérite d’avoir bien vieilli, un exploit qui n’est pas partagé par tous les films dont je vous parle, mais surtout, il a marqué les esprits. La preuve, j’ai rencontré une danseuse professionnelle qui était souvent sur les plateaux de télé et elle m’a carrément dit que c’était « Dirty dancing » qui lui avait donné sa passion, comme quoi un film peut grandement marquer les esprits.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

vingt + sept =