Cigarette de Tsew the Kid, du lofi à la française

0
351

Par Augustin Levesque-mongrain

Inspiré d’une histoire personnelle, le jeune rappeur de 23 ans appose des mots sur une de ses ruptures amoureuses. La chanson qui cumule près de 7,6 millions d’écoutes sur la plateforme Spotify, compare la fin de cette relation avec une cigarette.

Musicalement parlant, cette chanson s’associe fortement au style lofi. Pour faire court, le lofi est un type de musique qui plonge complètement l’auditrice ou l’auditeur dans une ambiance décontractée en faisant ressortir un sentiment de nostalgie. Principalement composé de samples de musiques douces tels que le jazz, le lofi se caractérise aussi par un BPM très lent d’approximativement 80, de grincement de vinyle et de voix sous-mixer. La chanson I’m Sorry de Swell est un excellent exemple de lofi. Finalement, les artistes qui chantent leurs couplets sur des instrumentales lofi modifient souvent leurs voix pour y ajouter des imperfections sonores. Plusieurs de ces stigmates se retrouvent dans ce morceau de Tsew de Kid.

Pour ce qui est du lofi avec des paroles, ce sont principalement des rappeurs qui utilisent ce type de musique depuis quelques années. Cette association entre les rappeurs et le lofi est une réussite. Chez nos voisins du Sud, on peut penser à feu XXXTENTACION et son titre Jocelyn Flores provenant de son meilleur album (à mon sens), 17. Sur la scène anglophone, on peut aussi citer l’ancien Filthy Frank qui s’est rebaptisé Joji avec ses nombreux succès musicaux associés au lofi comme Yeah Right ou même I Don’t Wanna Whaste My Time pour les connaisseuses et les connaisseurs. Ainsi, la France ne fait pas exception et comporte beaucoup d’artistes émérites dans ce domaine, comme Tsew the Kid.

Dès les premières secondes du morceau Cigarette, l’artiste entre dans le vif du sujet au niveau des paroles. Au 3e vers de l’introduction, il chante d’une voix mélancolique :

« J’la vois se consumer, j’nous vois nous consumer »

Ici, Tsew fait référence à la cigarette qui brûle tout comme son couple. Il enchaîne avec quelques vers en stipulant son envie de rester avec cette damoiselle tout en voulant mettre fin à cette relation. La comparaison entre sa relation mourante et la cigarette se multiplie au fur et à mesure que la chanson progresse. Le dernier vers du premier couplet et le début du refrain en témoignent :

« Jusqu’à ton dernier souffle s’écrase dans le cendrier »

« Tout c’qui me restera c’est quelques photos de toi

Et une trace de rouge à lèvre posée sur une cigarette »

On comprend que la femme est partie et que Tsew se retrouve seul dans sa vie sentimentale avec un cœur fragilisé à cause de cette séparation douloureuse. Les derniers objets qu’il lui reste d’elle sont cette cigarette terminée qui signifie que leur histoire d’amour l’est aussi et des photos de son ancienne copine. Les clichés photographiques sont des éléments qui lui font revivre des moments de nostalgie ou de tristesse, dépendamment de son chagrin endeuillé par cet amour éteint.

Le deuxième couplet de cette courte chanson permet à l’auditrice ou à l’auditeur d’entrer dans la tête de Tsew the Kid et on comprend assez rapidement qu’il est épris de remords en la quittant. Il se bat contre lui-même pour ne pas flancher et aller la revoir. La séparation est donc très récente et il croit vainement encore en un amour reconstitué :

« J’voulais encore te dire au r’voir

Apercevoir ta dernière larme

Un espoir, nan »

Tsew est déchiré entre son désir de revoir cette femme qu’il aime et de l’abandonner à jamais. Il décide de partir loin d’elle malgré la maigre possibilité de réparer leur couple.

Dans ce titre, le rappeur originaire de Madagascar explique sa rupture amoureuse qu’il a vécue avec une femme dont il ne mentionne jamais le prénom. Le titre, Cigarette, fait donc référence à leur relation. Il compare une cigarette dans son ensemble à l’entièreté de leur relation. Au fur et à mesure qu’elle brûle, leur relation avance puis elle se termine lorsqu’il n’y a plus de tabac et qu’elle l’écrase dans le cendrier. En fait, ils écrasent conjointement de manière métaphorique leur couple comme le rappeur le dit dans le premier et le deuxième couplet :

« On sait déjà les choses, y’a plus besoin de crier »

Cela signifie qu’ils se sont déjà assez disputés et qu’ils en sont venus à la conclusion qu’ils doivent se séparer.

Quelques caractéristiques propres aux instrumentales lofi se retrouvent dans cette chanson. Avec un BPM assez lent de 84 et des grésillements sonores en arrière-plan tout au long de la pièce, on peut dire que le morceau de Tsew the Kid s’inscrit dans le style lofi.

L’artiste français a récemment sorti sa première mixtape prénommée « Diavolana », qui est composée de vingt titres. Elle comprend des collaborations avec les rappeurs Georgio et Youv Dee.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

16 − 9 =